AGENDA
De nombreuses animations sont proposées par

La médiathèque                            Page de la médiathèque

L'Airborne Museum                       http://www.airborne-museum.org

La Ferme Musée du Cotentin       http://www.manche.fr/patrimoine/ferme-musee-cotentin



Fin décembre : Arrivée du Père Noël - Organisation Comité des Fêtes
VOS RENDEZ-VOUS TOUT PUBLIC 

MAR 7/11/2017 de 18h30 à 20h30 et MER 24/01/2018 de 17h à 19h
Le hip hop à tout âge  
à la Médiathèque de Ste-Mère-Église 
Ateliers avec Mickaël Le Mer | Tarif 4 € I Sur réservation 

Les danseurs de hip hop en sont convaincus, nous pouvons tous danser quels que soient notre âge et notre condition physique. Venez tenter l’expérience en toute confiance lors de cet atelier d’initiation de 2 heures.  
 
SAM 18/11/2017
Visite du théâtre à l’Italienne  

Départ du bus devant la Médiathèque de Ste-Mère-Église à 14h / Retour 17h15  -  Gratuit, sur réservation.  
Venez découvrir ce que cache la belle façade sculptée du théâtre à l’Italienne, en plein cœur de la ville de Cherbourg-en-Cotentin. Cette visite commentée vous plongera dans l’histoire de cette fabrique de spectacle depuis 1882.  
 
LUN 11/12/2017 à 18h30
Concert commenté à la Médiathèque de Ste-Mère-Église  
Gratuit, entrée libre dans la limite des places disponibles 
Six interprètes de l’Ensemble Contraste vous invitent à une présentation d’œuvres de Pergolèse, de Bach et de Vivaldi. Interprétations d’extraits, échanges avec les musiciens, de quoi se préparer à l’écoute des musiques qu’ils joueront le lendemain au Trident – l’Italienne. 
 
MAR 12/12/2017
Stabat Mater  
au Trident – l’Italienne, départ du bus devant la Médiathèque de Ste-Mère-Église à 19h30 
Concert de l’Ensemble Contraste | Durée du concert 1h30 
Tarifs (bus + billet) de 7.5 à 11.5€ | Sur réservation  
En 1736, Giovanni Battista Pergolesi compose une œuvre majeure de la musique sacrée baroque : son Stabat Mater. En regard de l’œuvre emblématique de Pergolèse, les musiciens de l’Ensemble Contraste, dirigés par Arnaud Thorette et accompagnés par les voix de Chantal Santon et Albane Carrère, nous présentent des morceaux choisis de Jean-Sébastien Bach et Antonio Vivaldi. 
 
JEU 25/01/2018 à 20h30
Duo Crossover à la Médiathèque de Ste-Mère-Église 
CSTT (court spectacle tout terrain) de Mickaël Le Mer | Durée (en création) | Tarif 4€  
Au croisement de la danse hip hop et de la danse contemporaine et à quelques mètres des spectateurs, deux danseurs partent à la rencontre et à la découverte de l’autre. Délicate et généreuse, la danse de Mickaël Le Mer est à la fois spectaculaire, généreuse et sensible. 
 
VEN 02/02/2018 à 18h30
Conférence dansée par KatHarina Van Dik  
à la Médiathèque de Ste-Mère-Église I Gratuit, entrée libre dans la limite des places disponibles 
RN13 fait la part belle à la danse, et à la danse contemporaine en particulier. Mais, qu’est-ce que la danse contemporaine et d’où vient-elle ? Pour répondre à ces questions, nous invitons la danseuse Katarina Van Dik pour nous apporter des repères et découvrir les courants européens, américains et russes qui ont donné naissance aux danses d’aujourd’hui.  
 
MER 21/03/2018 à 20h30
Le Menteur 2.0 ou la petite conférence sur la vérité 
à la Médiathèque de Ste-Mère-Église 
CSTT (court spectacle tout terrain) de la compagnie Java Vérité | Durée 45 mn | Tarif 4€ 

Une conférencière est devant nous : elle vient «rétablir la vérité». Voilà. Elle le dit avec un grand V. La Vérité. La voilà qui se raconte. Arrive un homme. Il est acteur et cherche sa partenaire de jeu. Il la trouve : c’est la conférencière ! Elle nous aurait donc menti depuis le début et nous, nous serions tombé.e.s dans le panneau… 
 
VEN 23/03/2018
Le Menteur
 
au Trident – l’Italienne, départ du bus devant la Médiathèque de Ste-Mère-Église à 19h30  
De Pierre Corneille par la compagnie Java Vérité | Durée du spectacle 1h45 
Tarifs (bus + billet) de 7.5 à 11.5€ | Sur réservation 
Après Le Cid, Corneille écrit une comédie autobio¬graphique en forme de boule à facettes. Le Menteur, c’est Dorante. Qui s’invente à chaque instant pour trouver sa place dans une société où le jeu des apparences fait loi. A l’heure de Facebook et autre Instagram, l’argument de Corneille est toujours percutant : exister, n’est-ce pas déjà mentir ? Ou plu¬tôt, mentir, n’est-ce pas cela exister ?  
 
MER 16/05/2018
Les déclinaisons de la Navarre  
au Trident – le Vox, départ du bus devant la Médiathèque de Ste-Mère-Église à 19h30  
Du collectif PJPP | Durée du spectacle 1h  
Tarifs (bus + billet) de 7.5 à 11.5€ | sur réservation 
Ce spectacle de danse, inventif et drôle est un exercice de style. Le point de départ est un mauvais téléfilm narrant la rencontre d’Henri de Navarre et de Marguerite de Vallois que les deux danseurs s’amuseront à détourner, à caricaturer, à déjouer. C’est beau, léger et malin ! 

Suivez le groupe RN13 sur Facebook
 
Retrouvez l’intégralité de la programmation de la saison 2017/2018 des partenaires RN13  
www.trident-scenenationale.com 
www.ccncn.eu 
facebook.com/Médiathèque-de-Sainte-Mère-Église 

Informations  
 
A LA MEDIATHEQUE DE SAINTE-MERE-EGLISE  
PAR TELEPHONE 09 62 39 20 49  
SUR PLACE, lundi, mardi et vendredi de 16h à 18h, mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h,  
jeudi de 10h à 12h et de 16h à 18h, samedi de 10h à 12h 
 
Informations et réservations  
 
Pour profiter de ce programme, un seul mot de passe : RN13 ! 
AU TRIDENT à l’accueil rue Collard | Cherbourg-en-Cotentin 
Jeudi et samedi de 10h30 à 13h30, du mardi au samedi de 15h30 à 18h30 
PAR TELEPHONE 02 33 88 55 55 
du mardi au samedi de 10h30 à 13h30 et de 15h30 à 18h30 
 
Les lieux 
 
A SAINTE-MERE-EGLISE  
MEDIATHEQUE – 30 rue Jean-François Oury 
A CHERBOURG-EN-COTENTIN 
LE TRIDENT – L’ITALIENNE place du Général de Gaulle 
LE TRIDENT – LA BUTTE place René Cassin 
LE TRIDENT – LE VOX avenue de Paris 
A CAEN 
LE CCN DE CAEN – LA HALLE AUX GRANGES rue du Carel 

Dimanche 26 novembre 2017 à 16h 
Église de Sainte-Mère-Église

Petite Messe Solennelle de G. Rossini 

Organisé par « Orgue Bocage & Marais » 
Partenariat avec la Mairie de Sainte Mère Eglise.



Gioachino Rossini (Pesaro, 1792 – Paris, 1868) 
Gioachino Rossini a profondément marqué l’histoire de l’opéra du XIXème siècle en menant à son apogée le bel canto à l’italienne : il pare l’opéra-bouffe d’airs énergiques et brillants dotés d’un naturel nouveau, et développe et innove l’écriture orchestrale enpréparant ainsi l’éclosion du romantisme. Doté d’un talent musical précoce, il est élevé dans une famille de mélomanes. Il apprend la musique notamment en lisant les partitions de Mozart ou Haydn. Il fait ses études au prestigieux Liceo Musicale de Bologne, maîtrisant déjà cor et chant, il y apprend le violoncelle, le piano, l’alto, le contrepoint, l’instrumentation, l’orchestration et la structuration harmonique. Trois des opéras de Rossini sont créés avant son vingtième anniversaire, dont La Cambiale di Matrimonio. À la suite de ces opéras-bouffes, il s’attelle à "l’opera seria" avec la création de Tancrede (1816) ; il fait évoluer le genre dans Otello (1816) et Semiramide (1823). Son chef-d’oeuvre est Le Barbier de Séville, tout de suite reconnu comme tel lors de sa création en 1816. Rossini impose aussi un genre intermédiaire (déjà exploité par Mozart), "l’operasemi-seria" auquel se rattachent La Cenerentola ou La Pie voleuse (1817). Après un séjour très réussi à Paris, où il 
reviendra à la fin de sa vie, et la création de Guillaume Tell en 1829, Rossini arrête de composer pour la scène. Il se consacre alors à la musique religieuse, genre qui met tout aussi bien en valeur ses qualités musicales : le Stabat Mater (1841) et la Petite messe solennelle (1864) soulignent par leur clarté et leur profondeur d’écriture le talent du compositeur. 
Petite Messe Solennelle une oeuvre de musique sacrée comme un "péché de vieillesse". 
Il n’y a pas de doute, Rossini en écrivant la Petite messe solennelle a vraiment voulu se faire plaisir. Il a plus de 70 ans et a cessé de composer des opéras depuis 30 ans quandle régent de la 
Banque de France, le comte Pillet-Will, lui commande une oeuvre pour laconsécration de sa chapelle privée à la mémoire de son épouse Louise, qu’ilcompose donc en 1863. La Petite messe solennelle est donnée pour la première fois le 14 mars 1864. La Petite Messe Solennelle est une oeuvre de musique sacrée écrite pour quatre solistes, choeur mixte, deux pianos et un harmonium. L’oeuvre est superbe, elle surprend par sa modernité même si Rossini ne manque pas de rendre hommage à ses maîtres Palestrina et Bach. Rossiniadresse au "créateur" une dédicace en forme de boutade : "Bon Dieu. La voilà terminée cette pauvre petite messe. Est-ce bien de la musique sacrée 
que je viens de faire ou de la sacrée musique ? J’étais né pour l’opera buffa, tu le sais bien ! Peu de science, un peu de coeur, tout est là. Sois donc béni et accorde moi le Paradis." Sur la page de garde de son manuscrit, Rossini tient aussi àpréciser, avec la maîtrise du français qui était la sienne :hommes, femmes et castrats seront suffisants pour son exécution, savoir huit pour les choeurs, quatre pour les solos, total douze chérubins. Bon Dieu, pardonne-moi le rapprochement suivant : douze aussi sont les apôtres dans le célèbre coup de mâchoire peint à fresque par Léonard, dit la Cène, qui le croirait. Il y a parmi tes disciples de ceuxqui prennent des fausses notes ! Seigneur, rassure-toi, j’affirme qu’il n’y aurapas de Judas à mon déjeuner et que les miens chanteront juste et con amore tes louanges et cette petite composition qui est hélas ! le dernier péché mortel de ma vieillesse."- Gioachino Rossini, Passy, 1863. 
Cette évocation d’un "péché de vieillesse", dont Rossini écrit que cette Petite Messe Solennelle serait "le dernier", renvoie à un ensemble de compositions diverses composées après son retrait de la scène et réunies sous le titre Péchés de vieillesse. 

Structure de l’oeuvre : 
La partition, dont l’exécution dure environ une heure et demie, est divisée en deux parties de sept pièces musicales chacune et mêle rythmes de marche et tempos majestueux, sur des harmonies parfois surprenantes. 

Première partie
1 Kyrie eleison - choeur 
2 Gloria in excelsis Deo - solistes et choeur 
3 Gratias - Trio pour contralto, ténor et basse 
4 Domine Deus - ténor solo 
5 Qui tollis - Duo pour soprano et contralto 
6 Quoniam - basse solo 
7 Cum Sancto Spiritu - choeur 

Deuxième partie 
8 Credo - solistes et choeur 
9 Crucifixus - soprano solo Et resurrexit - solistes et choeur 
10 Prélude religieux (pendant l’Offertoire) piano puis harmonium solo 
11 Ritornello (9 mesures d’harmonium) 
12 Sanctus - solistes et choeur 
13 O salutaris Hostia - soprano solo 
14 Agnus Dei - contralto et choeur 

Dans ces différentes pièces musicales, les nuances des chanteurs excèdent rarement le piano. Rossini attribue aux chanteurs des nuances forte pour quelques moments comme les acclamations Eleison, le début du Gloria, son homologue le Cum Sancto Spiritu, les parties extrêmes des Credo, Sanctus et Hosanna et les dernières mesures du Dona nobis pacem. Bien que saluée à la suite de sa première audition comme un chef-d’oeuvre inégalé, la Petite messe solennelle de Rossini n’a jamais connu la popularité d’une autre oeuvre sacrée de grande envergure de sa maturité, le Stabat Mater.

REPORTE

EN MARS 2018