La città

Sainte-Mère-Eglise, c’est John Steele sur le clocher, mais c’est aussi un joli et authentique village de Normandie où il fait bon vivre au contact de la nature. Ses élevages de chevaux sont réputés et les vaches laitières produisent un lait de haute qualité à partir duquel sont fabriqués un beurre exceptionnel et d’excellents fromages dont le célèbre camembert. Les pommiers que l’on trouve dans les vergers permettent aussi de fabriquer du bon cidre et du calvados.

Sainte-Mère-Eglise et ses deux musées :  le musée Airborne en mémoire des parachutistes. Sous ses coupoles en forme de parachute sont réunis de nombreux souvenirs, documents photos, offrant une véritable leçon d’histoire. Ce musée est un des plus hauts lieux touristiques de la région recevant ainsi de nombreux visiteurs français et étrangers. la ferme-musée du Cotentin, riche d’un passé historique, Ste Mère Eglise l’est aussi de ses traditions agricoles anciennes. Dans la ferme de Beauvais, devenue ferme-musée du Cotentin, on présente dans un cadre authentique d’une vieille demeure des objets, des images, maquettes liées à la vie agricole… Une vingtaine de salles entièrement meublées sont équipées pour recevoir du public.

Sainte-Mère-Eglise c’est aussi …
Un collège (le collège Saint Exupéry,
une école publique (Ecole du Manoir) et une école privée (Ecole Notre DameUn gymnase, deux terrains de tennis et de nombreuses activités sportives …
Un camping privé et diverses associations
Une zone industrielle, des commerces, une grande surface.
Un office de tourisme communautaire dynamique
Une médiathèque municipale ouverte 6 jours sur 7
Une association communautaire ACCUEIL (centre social rural) : RAM , CLSH, portage de repas …

Sainte-Mère-Eglise, c’est également
Son marché forain le jeudi matin.
Le jumelage depuis 1987 avec St Ode, ville située près de Bastogne en Belgique. Le jumelage avec Locust-Valley, USA.

L’ “Operation Democracy” a offert à la ville quatre panneaux et une plaque commémorative en bronze identique à celle située à Locust-Valley, près de New-York. C’est à partir de 1947 que les habitants de Sainte-Mère-Eglise reçoivent de Locust-Valley des colis contenant des vêtements,matériels pour les écoles et le dispensaire. Le choix de notre commune a été suggéré par le colonel Augustin S. Hart car elle abritait des milliers de tombes de soldats américains dont celle du général Théodore Roosevelt, originaire d’une ville voisine de Locust-Valley. Le but de l’association “Operation Democracy” est de faire connaître les concepts de liberté et de démocratie.

Histoire

Autrefois…

Les premières mentions sur la vie à Sainte-Mère-Eglise se retrouvent sur une période de 911 et 1066 dans les actes de Guillaume le Conquérant et la Reine Mathilde. Son nom était Sancté-Marie-Eclésié ou Sancta-Maria-Eclésia. Le village était situé hors de la ville actuelle et a été déserté lors de la guerre de Cent Ans. Le village subit les invasions des Anglais et fut alors détruit. Sainte-Mère-Eglise fut reconstruit à l’emplacement actuel. Il existait une famille de Sainte-Mère-Eglise : Robert de Sainte-Mère-Eglise naquit vers 1100 ; cette branche de la famille s’éteignit le 8 décembre 1764.

Sainte-Mère-Eglise en 1944

Sainte-Mère-Eglise est la première cité de France à avoir été libérée de l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale. Le 6 giugno 1944 vers 4 h 30, la ville est sous contrôle définitif du 3ème bataillon du 505ème régiment de la 82ème Airborne ainsi que d’éléments de la 101ème Airborne. La ville libérée ne sera jamais reprise malgré les contre-attaques ennemies venant du Sud, du Nord et de l’Ouest.

Sainte-Mère-Eglise aujourd’hui

Le visiteur intéressé par l’histoire de cette ville et de notre pays ne manquera pas de se rendre sur le site de la Fière à quelques kilomètres du bourg où il découvrira une table d’orientation et la remarquable statue d’Iron Mike. Sainte-Mère-Eglise fut ainsi « la première tête de pont américaine en France ». Sainte-Mère-Eglise , première ville libérée est donc le point de départ de la Voie de la Liberté (matérialisée par la Borne O) La dernière borne se trouvant à Bastogne en Belgique. constitue un ensemble historique dont l’intérêt est exprimé par la visite de plus de 130 000 personnes par an. Deux pièces maîtresses ; un planeur WACO et un avion DAKOTA C-47 au musée Airborne. L’église date des XIème, XIIIème et XVème siècles. Deux de ses vitraux ont été offerts en souvenir de la libération. Un musée commémoratif, dédié aux libérateurs, fut inauguré le 6 giugno 1964.

Plan de la commune nouvelle